SENEGAL

Le Culte du Travail chez le mouride

Touba est une ville du Sénégal , située à 194 kilomètres de Dakar ,son évocation nous fait penser au Mouridisme et à Cheikh Ahmadou Bamba (1853 - 1927 ). Il est le fondateur de la confrère mouride .

C'est une ville religieuse où convergent tous les mourides du Sénégal et de la diaspora pour célébrer une fois par an le Magal qui commémore le départ de Sérigne Touba au Gabon .

Au delà de l’aspect religieux il y règne une forte dynamique économique sans pareil , une ville où les hommes et femmes de tout âge  s’investissent au quotidien avec beaucoup d’abnégation dans tous les secteurs d’activités , commerce , services , alimentation , production (huile d’arachide ,pâte d'arachide ..), l'agriculture , l’élevage, les services ..

J’ai essayé de comprendre ce qui sous-tend cet amour ,cette ferveur et cette détermination dans le travail , que je retrouve chez tous les mourides que j'ai eu à rencontrer dans leurs activités .

Lors de mes recherches , je suis tombé sur cette citation de Cheikh Ahmadou Bamba :

« Travaille comme si tu ne devais jamais mourir, et prie comme si tu devais mourir demain «

C'est une citation qui magnifie et exalte  le travail, tout en nous rappelant aussi que nous devons aussi prier, car la vie sur terre est éphémère, nous devons penser à l’au-delà.

Une citation Wolof me vient aussi à l’esprit « Liguey Diamou Yallah » (Travailler aussi est une forme d’adoration de Dieu). 

Le travail est important car il permet de se nourrir, de produire des biens et des services, de s’émanciper, d’être libre, de se réaliser. Elle nous éloigne de 3 grands maux , le vice , l'ennui et le besoin .

L’ancien président du Sénégal lors de son investiture en avril 2014 en avait fait son slogan « il faut travailler , beaucoup travailler , encore travailler , toujours travailler », une manière d’appeler les sénégalais à plus d'efforts et de sacrifices .

La conception du travail chez les mourides est différente , selon  Cheikhouna MBACKE Abdoul Wadoud , le travail chez le mouride repose sur 4 piliers :

1-     Travailler est un acte de foi:

... .

Pour Cheikh Ahmadou Bamba, le travail fait partie du culte au sens large du terme parce que c'est Dieu qui l'a recommandé. Ainsi, l'idée selon laquelle le travail peut dispenser du culte lui est totalement étrangère…

2-    Travailler est un pilier du Mouridisme:

Il est de l'évidence que le travail est le troisième pilier du Mouridisme après le savoir et le culte au sens étroit du terme (les rites). Tous ceux qui ont la moindre connaissance du Mouridisme savent très bien cette réalité.

3-   Le travail est une partie intégrante de la formation du disciple mouride:

 Les daara sont les centres de formation des disciples mourides. Aux daara, depuis les origines, on dispense un enseignement théorique et une formation professionnelle. Pour ainsi dire, on prépare le disciple pour pouvoir remplir tous les trois piliers du Mouridisme.   

4-   Les mourides, dirigeants et adeptes, sont réputés travailleurs:

La réputation de travailleurs qu'ont acquise les mourides est justifiée par leur rigueur dans le travail. Les innombrables villages qu'ils ont fondés pour cultiver la terre, entre autres; l'engouement qu'ils ont pour le commerce (les Baol-Baol); leur forte représentation dans l'émigration interne et externe... tout cela démontre cet amour pour le travail chez les mourides. Par conséquent, ils ont un poids économico-financier plus important que leur poids démographique dans le pays.

Cheikhouna MBACKE Abdoul Wadoud, LA PHILOSOPHIE DU TRAVAIL DANS LE MOURIDISME, (septembre 1997) , http://www.daaraykamil.com/PhilosophieTravail.pdf , consulté le 20 décembre 2018

Dans sa thèse de doctorat Fatoumata SOW nous énumère 3 logiques qui nous permettent de comprendre la philosophie du travail mouride :

  1. L'acquisition d'un savoir spirituel (al amal)

Il s'agit en premier lieu d'un travail spirituel des disciples, l'acquisition de connaissances religieuses, musulmanes. Cette étape est selon Cheikh Ahmadou Bamba nécessaire car le travail au sens " occidental " de gain d'argent sans le savoir est nul. Un mouride se doit de s'investir, de travailler pour apprendre le Coran, les règles de vie musulmanes, les écrits de Cheikh Ahmadou Bamba pour être un " bon mouride " .

2.La nécessité d'un travail physique (al kasbou)

Le disciple doit également être indépendant économiquement, afin de pratiquer librement sa foi. Il doit être à l'abris de soucis matériels pour, mieux vivre sa foi, répondre aux besoins de l'existence humaine, aider ses proches et participer à la vie de la confrérie . 

3.Rendre des services à la communauté (" al khidmat ")

Il doit développer un esprit d'entraide et donner de son temps au service de la communauté.

Fatoumata SOW ,1997-1998 , LES LOGIQUES DE TRAVAIL CHEZ LES MOURIDES, Université de Paris I. Panthéon-Sorbonne, consulté le 20 décembre 2018 http://www.dhdi.free.fr/recherches/etudesdiverses/memoires/sowmemoir.htm

Cette philosophie du travail ne doit pas se limiter aux mourides , tout le monde doit s'en approprier c'est un modèle qui réussit et qui devrait inspirer les étudiants , les chercheurs , nos politiques . Elle doit être partagé dans nos business school, dans nos universités .

Nous devons nous tourner vers nos propres modèles afin d’entraîner de nouveaux paradigmes , qui collent à notre contexte socio culturel .

P.B.FAYE

CEO SENEPIXEL

VOS CONTRIBUTIONS

Le Culte du Travail chez le mouride

Comments (6)

  1. Mouride yi ligguéy rek laniouy déff. Nio narraf défar senegal puisque souniou gouvernant yi liguéyouniou dara

  2. Hou la la! Comme c’est intéressant

  3. Au dela de l’aspect religieux il y regne une forte dynamique economique sans pareil, une ville ou les hommes et femmes de tout age s’investissent au quotidien avec beaucoup d’abnegation dans tous les secteurs d’activites , commerce, services, alimentation, production (huile d’arachide ,pate d’arachide ..), l’agriculture, l’elevage, les services .. Il est de l’evidence que le travail est le troisieme pilier du Mouridisme apres le savoir et le culte au sens etroit du terme (les rites). Tous ceux qui ont la moindre connaissance du Mouridisme savent tres bien cette realite.

  4. Dakarmidi A l occasion de la ceremonie officielle de la 1 edition du Magal de Touba, Serigne Mountakha Mbacke a exhorte les talibes mourides a developper le culte du travail. Serigne Mountakha n a pas aussi manque de reiterer ses remerciements a l endroit du gouvernement, represente par une forte delegation dirigee par le ministre de l Interieur Aly Ngouye Ndiaye. Pour les efforts consentis dans  l organisation de la celebration du depart en exil de Bamba. Il a en outre magnifie la presence de toutes les familles religieuses du Senegal et representations internationales.

  5. Awesome post! Keep up the great work! 🙂

Comment here